Accueil > Armand Dupuy > Quartier libre > Jean-Marc Undriener | outre passer

Jean-Marc Undriener | outre passer

samedi 21 décembre 2013, par Armand Dupuy




le problème : sans doute pas
le peu de mots disponibles pour
parler de ceci cela et le reste, non

il y a justement qu’on baigne
dans trop de cette flotte de mots
qu’on y baigne depuis trop longtemps

entier là-dedans et forcément –

pas étanche


***


trop longtemps qu’on
se laisse comme ça traverser
sans moyen de lustrer la tête
pour que ça glisse le long, alors

c’est grave – en fait non
et ça fait mal – en fait non plus

ou pas plus que ça, que ça
qui pénètre loin avec sa masse
chaque fois plus sèche dure
concrète au toucher des parois

ça – à quoi on s’habitue
et même pire : à quoi on
s’accoutume, voilà

le problème – voilà


***


on sait où on va, on sait comment
y aller, on sait qu’on y va mais
on ne sait pas comment on va
ou si : peut-être que pour aller
on va – on va juste

on va flou, on va de plus en plus
imprécis lent petit mais on va – on va

laisser pour après les paquets
les plus lourds, les poids les plus
morts – on va

voyager léger dans le sens de
la marche si on peut – on va

avancer peu mais peu importe – on va

tu parles : où est-ce qu’on va
avec le poids des son propre béton
coulé dans les bottes – pas loin

on va

– pas loin


***


certains mots lestent fatiguent
plus que d’autres, ça on le sait d’avant
on le savait d’avance, on fait avec
on a fait avec et

maintenant plus le goût plus
le désir plus l’envie : c’est
devenu trop lourd et

maintenant plus le besoin
le besoin c’est profond qu’on
peut se le mettre, le besoin

la nécessité : ce prétexte à se
fourrer les doigts par le bas
en plein revers pour savoir
si ça sent et comment ça sent

– et ça sent


***


évaluer la distance qui sépare de soi –
fait

prévoir la date de péremption de soi –
fait

tenir de force dans les limites de soi –
fait

au fond, tout repose toujours
mal : bancal mais dans l’effort,
en tension droit raide, corde raide
entre deux oreilles malentendantes
sur lesquelles on n’appuie jamais
on ne dort jamais pourtant, des fois
que –

au fond, on cherche encore qui et quoi
attendre et en attendant

on attend –

18 déc. 2013


Voir en ligne : fibrillations & autres arythmies

Répondre à cet article